L’intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle regroupe deux termes, qui au premier abord ne semblent pas naturellement s’associer. L’intelligence se définit par une capacité de raisonnement et d’analyse. Alors que les émotions sont des réactions primaires survenant suite à un événement ou dans certaines situations. 

Définition et modèle originel

Les deux universitaires américains Salovey et Meyer, sont les premiers à s’intéresser et à donner, en 1997, une définition à l’Intelligence Émotionnelle : c’est “l’habileté à percevoir et à exprimer les émotions, à les intégrer pour faciliter la pensée, à comprendre et à raisonner avec les émotions, ainsi qu’à réguler les émotions chez soi et chez les autres”

Leur modèle de l’intelligence émotionnelle repose sur 3 processus. Le premier est de savoir évaluer et exprimer ses émotions et celles des autres. La seconde est d’être capable de réguler ses émotions. La troisième est de savoir utiliser ses émotions pour faciliter les processus cognitifs du cerveau.

Le nouveau modèle

Par la suite Salovey et Meyer reviennent sur leurs travaux pour proposer un nouveau modèle, plus complexe et qui repose sur 4 branches :

– La première branche est la perception émotionnelle. Elle vise à prendre conscience de ses émotions et de les exprimer correctement.
– La seconde branche est l’assimilation émotionnelle. Elle désigne la capacité à  reconnaître les différentes émotions et d’identifier celles qui influent sur la pensée.
– La troisième branche est la compréhension émotionnelle. C’est la capacité à comprendre les émotions complexes ainsi que la transition d’une émotion à une autre.
– La quatrième branche est la gestion des émotions. Elle repose sur la capacité à se laisser ressentir ou à abandonner une émotion selon une situation.

L’intelligence émotionnelle et le développement personnel

Le développement personnel et l’intelligence émotionnelle peuvent être liés. Apprendre à gérer ses émotions est un moyen de mieux se connaître et de mieux se contrôler. Sur de nombreux points il est possible de faire un travail sur soi qui amène vers une compréhension et un contrôle de ses émotions. Cela peut être, d’apprendre à contrôler son stress, se libérer d’un sentiment de culpabilité, apprendre à lâcher prise, apprivoiser la colère, pratiquer la pensée positive ou encore comprendre la communication non-verbale.

Rejoignez la communauté des

Professionnels de la formation

L'article vous a plu ? Faites-le nous savoir

Articles associés

Le brainstorming

Le brainstorming, appelé également remue-méninges, est une technique de résolution créative de problème sous la direction d’un animateur. C’est plus spécifiquement une réunion informelle de…

Le brainwriting

Le Brainwriting est une variante du Brainstorming. Il facilite les processus d’innovation et stimulant la créativité. La méthode 635 (6 personnes – 3 idées –…