Le sketchnoting

Sketchnoter vient de l’association de deux mots anglais : sketch qui veut dire croquis, et noting qui signifie « prise de notes ». Sketchnoter, c’est donc transformer des mots et des idées en images simples, les organiser en textes courts.

Ce concept a été créé par Mike Rohde en 2012.

Le sketchnoting articule deux niveaux de compétences :

  • La maîtrise d’une démarche pour synthétiser l’information, favoriser la créativité, faciliter la mémorisation, produire et relire des notes de manière plus plaisante.
  • L’utilisation d’une technique de prise de note sur papier ou sur tablette qui mêle des titres, des mots, lettres, éléments graphiques, images, flèches, encadrements, puces….

L’apprentissage de la technique du sketchnoting n’est pas difficile mais demande de l’entraînement (et donc du temps) mais surtout le fait de dépasser les appréhensions et croyances limitantes du type “je ne sais pas dessiner”, “je ne dessine pas assez vite” ou encore “je ne suis pas visuel”.

Quel est l’intérêt du Sketchnoting ?

Par ailleurs, avant de réaliser son sketchnote, l’élève est obligé de réfléchir à la hiérarchisation et à la clarification des idées.
” Une image vaut mieux que 1 000 mots “
Selon des études, dessiner renforce notre capacité de mémorisation. Il apparaît plus facile de mémoriser à partir d’images mentales.
Par ailleurs, avant de réaliser son sketchnote, l’élève est obligé de réfléchir à la hiérarchisation et à la clarification des idées.

Pourquoi sketchnoter ?

Le Sketchnoting permet de :

– exprimer des idées d’une autre façon
– simplifier la compréhension
– apprendre avec plaisir
– synthétiser des idées
– lire plus rapidement un contenu
– résumer des interventions, des lectures
– communiquer de manière plus ludique
– augmenter la concentration

Les étapes pour apprendre le sketchnoting

1 – Mettre en place une stratégie

Pour cela pensez à vous poser les questions suivantes :
– Quel but ?
– Dans quel contexte tirer profit du sketchnoting ?
– Quel processus d’entraînement sont envisagés ? Et quelles stratégies seront mises en œuvre pour les acquérir ?
– Quels résultats sont attendus ?

2 – Comprendre les principes de base

– La difficulté à dessiner (surtout à oser dessiner)
– La difficulté à filtrer les informations (la clé est de ne dessiner que ce qui est maîtrisé et de noter sous forme de texte les messages et informations clés)
– La difficulté à placer les éléments sur la page

Il est toujours possible de revenir sur une prise de notes pour les illustrer ou les mettre en couleur plus tard.
Ce qui est surtout important est de mettre en relief (couleurs, dégradés, ombres, encadrés…) les messages clés.

3 – Maîtriser les éléments visuels

– Formes de base
– Personnages
– Flèches / Bulles
– Conteneurs
– Bannières
– Séparateurs

4 – Améliorer les lettrages

Le lettrage est primordial en sketchnoting  car :

  • les titres permettent de strucuturer la planche
  • les textes facilitent la relecture

C’est le lettrage qui va permettre de hiérarchiser les informations et de mieux les retranscrire et les mémoriser.

5 – Disposer les éléments sur la page

6 – Utiliser la couleur

En sketchnoting, l’utilisation de la couleur n’est pas obligatoire mais peu être utile pour :

– regrouper ou séparer des informations (délimiter des espaces, créer des contrastes…) ;
– enjoliver (décorer, faire briller…) ;
– créer du relief (surligner ou souligner une info importante…).

7 – Finaliser la planche

Une planche de sketchnoting peut être retravaillée  pour un effet plus puissant à la fois en termes de mémorisation et de communication.

Plusieurs éléments peuvent entrer en compte :

  • le contraste
  • la profondeur
  • la taille des éléments
  • les ombres
  • la répétition pour créer un motif
  • briser un motif pour attirer l’attention
  • travailler les espaces négatifs (blancs, vides, fonds…)

Rejoignez la communauté des

Professionnels de la formation

Retrouvez des articles similaires à celui-ci :

Soft et Hard skills ; La méthode DISC ; Qu’est-ce qu’un sketchnote ?

L'article vous a plu ? Faites-le nous savoir

Articles associés

Le brainwriting

Le Brainwriting est une variante du Brainstorming. Il facilite les processus d’innovation et stimulant la créativité. La méthode 635 (6 personnes – 3 idées –…

Le brainstorming

Le brainstorming, appelé également remue-méninges, est une technique de résolution créative de problème sous la direction d’un animateur. C’est plus spécifiquement une réunion informelle de…