🍪 Nous utilisons des cookies pour personnaliser votre expérience sur ce site

Gérer les cookies enregistrés :

En plus des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site, vous pouvez sélectionner les types de cookies.


Les compétences de demain

La méthode Lion avec Xavier Petitpez

L'histoire de la formation professionnelle

L'histoire de la formation professionnelle
L'histoire de la formation professionnelle


La définition communément acceptée de la formation est qu’il s’agit d’un processus d’apprentissage qui permet à un individu d’acquérir le savoir et le savoir-faire (habiletés et compétences) nécessaires à l’exercice d’un métier ou d’une activité professionnelle. Ainsi, le métier de formateur d’adulte est un métier relativement nouveau. En France, la loi de 1971 sur la formation professionnelle en a favorisé l’émergence.


L'histoire de la formation professionnelle
L'histoire de la formation professionnelle

De 1939 à 1970

1939 :  La formation professionnelle continue s’organise autour d’un dispositif juridique qui apparaît pour la première fois.

1946 : Inscription dans le préambule de la Constitution, la formation va faire l’objet d’un ensemble de dispositions, passant d’une conception individuelle de la formation (loi Debré en 1959 sur la promotion sociale) à une approche étatique par laquelle c’est à l’Etat et à lui seul, d’intervenir dans le domaine de la formation (loi du 30 décembre 1966).

1970 : Un accord national interprofessionnel (ANI) signé par les partenaires sociaux introduit pour la première fois le principe de la formation professionnelle prise sur le temps de travail
 
 

De 1981 à 1990

1981 : Un Ministère de la formation est créé

1983 : Les Fongecif (Fonds de Gestion du Congé Individuel de Formation) sont créés.

1982 : Une contribution obligatoire des entreprises pour la formation professionnelle continue est instaurée.
Les entreprises devront désormais verser 0,1 % de leur masse salariale à des organismes paritaires agréés par l’État.

1984 : La loi impose l’obligation de négocier sur la formation professionnelle dans les branches professionnelles ou dans les entreprises. Le comité d’entreprise voit ses prérogatives renforcées en matière de formation : il devra y avoir 2 réunions annuelles du comité d’entreprise sur la formation.

1990 : Face au développement anarchique des organismes de formation, la loi instaure deux contrôles : un droit à la qualification des organismes de formation pour en vérifier la qualité et un droit du consommateur à la formation afin de le protéger.
 

De 1991 à 2004

1991  : Obligation de financement applicable à toutes les entreprises.
- Un nouveau congé formation voit le jour : le congé bilan de compétences.
- Le CIF est ouvert, sous certaines conditions, aux salariés en fin de contrat à durée déterminée. Il s’agit du CIF-CDD.

1993 : Réorganisation du financement de la formation et création des Organismes Paritaires Collecteurs Agréés (OPCA).
- Elle permet aussi au salarié de suivre des actions de formation inscrites dans le plan de formation de l’entreprise pendant leur temps de travail.

2000 : La loi Aubry II affirme l’obligation pour l’employeur d’adapter ses salariés à l’évolution des emplois et protège les salariés en cas de refus de suivre une action de formation : cela ne constitue pas une faute justifiant un licenciement.

2002 : Pour permettre aux salariés de réaliser une validation des acquis de l’expérience, un congé VAE est instauré

2004 : l’Accord National Interprofessionnel est signé sur la formation tout au long de la vie. Cet accord national interprofessionnel (ANI) confortent les Fongecif dans leur rôle, introduisent le droit individuel à la formation (DIF) et renforcent le bilan de compétences, la VAE et l’entretien professionnel.
- Les entreprises versent désormais 0,2 % de leur masse salariale pour financer les demandes des salariés sous contrat à durée indéterminée

De 2009 à 2014

2009 : Le 7 janvier et le 5 octobre 2009, deux accords nationaux interprofessionnels (ANI) sont signés sur le développement de la formation tout au long de la vie professionnelle, la professionnalisation et la sécurisation des parcours professionnels.
- La loi 2009-1437 relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie reprend les grands axes de l’ANI (accord national interprofessionnel) sur la formation professionnelle) du 5 octobre 2009 avec comme principales mesures la création du FPSPP (Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels), de la formation hors temps de travail (FHTT), la mise en place d’un passeport « orientation/formation » et d’un « droit à l’orientation », ainsi que la mise en ouvre de la portabilité du DIF.

2013 : Accord national interprofessionnel (ANI) pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l’emploi et des parcours professionnels des salariés.
- Création du compte personnel de formation, du conseil en évolution professionnelle et élargissement de l’éligibilité du CIF-CDD pour les moins de 30 ans.

2014 : La loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, issue de l’accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013, favorise le développement des compétences et le dialogue social autour de la formation.
Les démarches administratives et les contributions sont désormais simplifiées afin de permettre aux employeurs de faire de la formation professionnelle un levier stratégique de compétitivité.
- Du côté des salariés, l’objectif est de développer l’envie de se former, en favorisant l’acquisition de compétences en lien avec les réalités économiques.
Le salarié devient acteur de son parcours professionnel et grâce au compte personnel de formation (CPF) peut à tout moment de sa carrière accéder à une formation certifiante ou qualifiante.
- Il peut également être guidé dans son évolution professionnelle en se faisant accompagner par un opérateur de conseil en évolution professionnelle (CEP).
 

Conclusion

L’apprentissage a d’abord été une « formation sur le tas » transmise par des gens du métier. L’on peut citer comme exemple, celui  du compagnonnage qui est une organisation rigoureuse du transfert de compétences et dans lequel se trouve les principales règles applicables au stage d’aujourd’hui.
De nos jours, les textes orientent la formation vers une personnalisation des parcours : Le DIF fait son apparition en 2004. Les nouvelles technologies modifient en profondeur les outils pédagogiques et le quotidien du formateur.
signature
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Les compétences de demain

La méthode Lion avec Xavier Petitpez