🍪 Nous utilisons des cookies pour personnaliser votre expérience sur ce site

Gérer les cookies enregistrés :

En plus des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site, vous pouvez sélectionner les types de cookies.


La méthode Philips 6/6

Les auteurs de la pédagogie

Le brainstorming

Le brainstorming
Le brainstorming
Le brainstorming, appelé également remue-méninges, est une technique de résolution créative de problème sous la direction d'un animateur. C’est plus spécifiquement une réunion informelle de collecte d'idées afin d’apporter quelque chose de nouveau dans une structure. 


Le brainstorming
Le brainstorming

Qu’est ce que le brainstorming ?

Le brainstorming est un outil de résolution de problèmes élaborée par Alex Osborn en 1935.

Cela consiste à réunir plusieurs collaborateurs, afin qu’ils produisent ensemble un maximum d’idées nouvelles, sur une problématique donnée. Souvent associé à une tempête de cerveaux, le brainstorming fait appel à la créativité de chacun, de manière spontanée et libre.
 

Le repère : Alex Osborn

Alex Faickney Osborn est un publicitaire américain né le 24 mai 1888 à Bronx, aux Etats Unis.
 
Alex Osborn, l’un des premiers théoriciens du raisonnement créatif, se distingue surtout par le développement de l’outil de résolution de problèmes créatifs le plus connu : le brainstorming (présenté dans l’ouvrage Applied Imagination en 1953). Praticien avant tout, Osborn a écrit plusieurs ouvrages dédiés au partage de méthodes et d’exercices permettant à un individu de développer ses capacités créatives, en se basant notamment sur sa propre expérience de gestionnaire d’activités de création ainsi que sur l’observation de créatifs notoires. Alors vice-président de l’agence de publicité américaine BBDO, il met au point dès 1935 une technique d’animation de réunions de groupes permettant de produire un nombre important d’idées publicitaires et promotionnelles pour les clients de son agence. Le brainstorming est né. 
 
« La créativité est plus qu'une simple imagination. C'est l'imagination inséparablement couplée à la fois à l'intention et à l'effort »
 
alex osborn

Concept et fonctionnement du brainstorming  

Le brainstorming qui signifie tempête de cerveau ou encore remue-méninges fait partie des techniques de résolution de problème. Il fonctionne grâce à deux éléments fondamentaux : le groupe et l’association d’idées.
Lors d’un échange en groupe, chaque participant dispose d’une créativité qui lui est propre. La plupart du temps, de nombreuses personnes n’expriment pas leur créativité par timidité ou crainte des réactions de l’entourage. Brainstormer consiste à créer les conditions permettant à chacun d’exprimer librement ses idées sans notions d’entraves ou de critiques pour trouver de nouvelles solutions. L’objectif est de créer un échanger entre participants autour des solutions possibles pour résoudre un problème. Les solutions partagées doivent être évoquées de manière spontanée sur la base d’association d’idées, de reformulation ou de rebond d’idées.
Cette méthode permet de libérer la créativité et d’identifier des idées, thématiques ou solutions qui n’auraient pu être envisagées dans d’autres circonstances. Elle peut aussi être utilisée dans le cadre d’une création d’entreprise pour trouver des idées de création.
S’il ne suffit que de deux éléments fondamentaux pour fonctionner, les conditions d’exécution d’une bonne séance de brainstorming ne sont pas simples à réaliser. En effet, pour éviter les inhibitions dues à la peur du jugement et/ou du regard des autres, il est essentiel que chacun se sente en totale confiance. La démarche ou protocole à suivre sert à guider les échanges tout en garantissant le respect des conditions de déroulement de la séance.

Les étapes d’une session de brainstorming 

 Introduction et présentation
 
Cette étape est essentiellement gérée par l’animateur. Il présente le sujet du jour et l’éventuel problème à résoudre. Il explique le déroulement de la réunion, les étapes à suivre et les règles à respecter. Ensuite, il s’assure que tous les participants sont en accord avec le sujet et le déroulement de la séance.
Cette étape est aussi le moyen de se présenter mutuellement. Pour cela, l’animateur peut remettre une balle que chaque participant se renverra pour donner l’ordre de présentation. Il s’agit, là encore, d’un moyen de détendre l’atmosphère.
 
Production d’idées
 
Nous sommes maintenant dans la phase créative du brainstorming.
Dans un premier temps, chaque participant bénéficie d’un moment de réflexion afin de trouver des idées.
Dans un second temps, les individus présentent leurs idées au groupe à travers les diverses techniques créatives.
Ensuite, les participants sont libres de rebondir sur les idées proposées, de les compléter ou d’émettre de nouvelles idées. Le principe de ce système de management est de pouvoir s’exprimer et rebondir sur les dires de chacun sans avoir peur du jugement et dans le but de faire avancer le débat vers une solution commune. Cela s’apparente à la pratique de l’intelligence collective en entreprise.
Lors de cette étape, l’animateur s’assure de la bonne répartition du temps de parole et encourage les personnes plus discrètes à intervenir. Il veille aussi à canaliser les participants plus démonstratifs, sans les brimer pour autant. La spontanéité et la bienveillance sont essentielles pour faire émerger de nouvelles idées.
Enfin, une bonne dynamique de groupe permet de susciter la créativité pour dénicher les meilleures idées.
 
Classement et organisation des idées émises
 
Après avoir reçu un nombre important d’informations, il est important de rationaliser. Pour cela, l’animateur et les participants organisent les idées par catégorie. Ils éliminent les doublons et les propositions peu réalistes. Chaque idée doit être transposée dans la réalité afin de s’assurer de sa faisabilité. Ce n’est qu’après cette phase que les individus pourront classer les idées, pour ne retenir que les meilleures à la fin de la séance.
 
Suivi du brainstorming
 
Pour une meilleure efficacité des réunions brainstorming, il est important d’établir un suivi. Pour cela, les fiches synthétiques rédigées en fin de réunion par les participants ou par l’animateur seulement, sont un excellent moyen de garder une trace écrite des discussions. De plus, c’est à partir de ces fiches que l’idée retenue pourra être convertie en action. Elles présentent l’idée en question, argumentent sur son efficacité et développent les moyens de la mettre en application.
 
Le suivi est une étape essentielle du brainstorming. En effet, un mauvais suivi aurait pour conséquences de démotiver les équipes participantes et de dévaloriser leur travail. Même si l’idée suggérée n’est finalement pas appliquée, il est important de faire un retour et d’en expliquer les raisons. Il en va de même pour l’organisation d’une réunion de travail classique.
signature
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

La méthode Philips 6/6

Les auteurs de la pédagogie